vendredi 5 mai 2017

Réseaux non sociaux

Trop de bruit et pas assez de musique, pas assez de silence. J'ose croire que mon aversion des réseaux sociaux date d'avant les réseaux sociaux eux-mêmes. Trop d'ostentations inutiles, de démonstrations d’égos. Ce qui m’attriste le plus est que ce courant entraîne de plus en plus de gens — moi inclus. D'une année à l'autre, le besoin de reconnaissance est supplanté par le besoin de dire qu'on existe.  

Le temps est dépressif, le temps est singulier, le temps est instable. Avril aura claironné d'un temps nauséabond comme un pamphlet rempli de fautes de syntaxe. 

Ces dernières semaines, j'ai souvent pensé à ce qu'une traductrice chevronnée m'avait dit, il y a quelques années, lors d'une entrevue : L'Homme est le plus vulnérable des mammifères.     

Sur ces mots, je retourne au café, mon meilleur médecin. 

Et vous, quel est votre médecin no 1?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire